Vous êtes ici

L’accompagnement des personnes souffrant de troubles psychiques, de lésions cérébrales

Version imprimableEnvoyer par mailVersion PDF

Téléchargez l'intégralité des actes de la journée régionale du 3 décembre 2015 en Ile-de-France : file type icon ACTES-JOURNEE-MAIS-03122015.pdf

Extrait

Présentation de la journée

Les Services d’Accompagnement à la Vie Sociale (S.A.V.S.) et Service d’Accompagnement Médico-Social pour Adultes Handicapés (S.A.M.S.A.H.) du département des Yvelines se retrouvent régulièrement pour échanger sur leurs pratiques (pratiques professionnelles, politiques sociales, questions d’organisations, questions d’accompagnement, réflexion sur l’évolution des publics…) Ces rencontres se tiennent dans le cadre du Mouvement pour l’Accompagnement et l’Insertion Sociale.
A l’occasion de ces rencontres, la question de l’adéquation des moyens des services au regard de l’évolution des demandes et des besoins des personnes susceptibles d’y être accompagnées revient régulièrement dans les échanges et soulève un certain nombre de questions.
Les premiers Services d’accompagnement créés dans les années 70 ont été pensés pour accompagner des personnes souffrant de déficiences intellectuelles. La loi du 11 février 2005 redéfinit le handicap et retient la notion de handicap psychique pour les personnes limitées dans leur participation à la vie sociale du fait de leurs souffrances et de leurs troubles psychiques. Le décret de mars 2005 officialise les S.A.V.S. et crée les S.A.M.S.A.H.
Depuis maintenant 10 ans, ces services constatent une diversification des pathologies et des déficiences des personnes qu’ils accompagnent. Certains S.A.V.S. se sont spécialisés pour accueillir un public spécifique (Déficience motrice ou sensorielle, personnes traumatisée crânienne…)
L’évolution des demandes et des besoins d’accompagnement a lieu dans un contexte marqué par les prémices de la désinstitutionalisation, le transfert de l’accompagnement social des malades psychiques du secteur psychiatrique vers le secteur médico-social ainsi qu’un réajustement des moyens financiers et humains consacrés au secteur par les Conseils Départementaux qui financent les S.A.V.S. et les S.A.M.S.A.H. (hors personnels soignants).
Le Conseil Départemental des Yvelines a pris en compte cette diversité et plus particulièrement, les besoins d’accompagnement des personnes présentant un handicap psychique et des lésions cérébrales dans l’appel à projet de mars 2015.
Depuis ces dix dernières années, les S.A.V.S. du département des Yvelines accompagnent de plus en plus, voire essentiellement, des personnes ayant des déficiences psychiques avec des pathologies plus ou moins stabilisées. Par ailleurs, nous observons une augmentation des demandes d’accompagnement de personnes traumatisées crâniennes ou cérébro-lésées. Toutes ces personnes sont accompagnées dans le cadre de leur projet de vie en milieu ordinaire.
Face à ces nouveaux publics, et donc face à de nouveaux besoins, les S.A.V.S. sont amenés à se questionner sur les moyens humains et les compétences mobilisées pour mener à bien leurs missions.
Quelles sont les spécificités de ces publics (connaissance de la pathologie, de ses évolutions, des besoins) ? Quelles compétences professionnelles sont à développer ? Quelles pratiques d’accompagnement sont à privilégier ou à imaginer ? Quelles limites de l’accompagnement pour les S.A.V.S. avec ces nouveaux publics ? Quelles modalités d’articulations avec les partenaires ? [...]