jr besancon

de 13h30 à 17h


IRTS de Franche-Comté
1 Rue Alfred de Vigny, 25000 BESANÇON

Tarif : 25€

Conférence organisée en partenariat avec l'IRTS de Franche-Comté.


La pandémie inattendue de la Covid-19 a des effets multiples et parfois très graves sur la santé physique des sujets infectés, mais également des effets délétères sur la santé mentale des populations exposées. Le stress chronique lié à la pandémie, à ses incertitudes et aux mesures sanitaires mises en place par les gouvernements a eu et va encore provoquer de nombreux effets dommageables au plan psychique. Au point que certains alertent sur un risque de « 3e vague de santé mentale » (Serge Hefez). Cette vague psychiatrique révèle un peu plus crûment encore à quel point la psychiatrie publique a été déshabillée ces dernières années. Le manque de moyens des unités hospitalières de psychiatrie est encore plus criant depuis la crise du coronavirus et le confinement. Bien avant la Covid-19, il était déjà impossible de répondre à toutes les demandes de souffrance psychique. Les CMP, censés proposer une aide gratuite au plus proche du domicile, sont totalement saturés face à un raz de marée de demandes. Dans ceux destinés aux enfants, le délai d’attente serait d’un an en moyenne. Le secteur social et médicosocial est fortement impacté par ce démantèlement de la psychiatrie, puisque les structures doivent faire face à l’arrivée de personnes en souffrance psychique présentant des pathologies, sans pouvoir leur apporter la qualité de soin nécessaire. Sans oublier les conséquences sociales de la crise sanitaire qui interrogent les travailleurs sociaux autant que les soignants. Comment est-il possible d’accueillir, d’écouter les usagers, les patients dans les institutions aujourd’hui ?

Comment réfléchir au sens de l’accompagnement, du soin, à celui de la rencontre du sujet en situation de souffrance ou de vulnérabilité ? Comment développer le partenariat inter-institutionnel dans l’intérêt du bénéficiaire ? Il faut « réenchanter la psychiatrie » nous dit Daniel Zagury.

Concluons cet argumentaire par les mots de Lucien Bonnafé, « On juge du degré de civilisation d'une société à la manière dont elle traite ses fous », qui restent d’une grande actualité et qui guideront notre réflexion tout au long de la conférence.

 

INTERVENANT

Daniel ZAGURY, Psychiatre, ex-chef de service au Centre psychiatrique du Bois-de-Bondy en Seine-Saint-Denis. Spécialiste de psychopathologie et de psychiatrie légale et expert auprès de la Cour d'appel de Paris. Auteur de plusieurs ouvrages ainsi que de nombreux articles consacrés au parricide, au crime passionnel ou aux tueurs en série. En analysant les processus psychiques poussant au crime, il compare ce qui rapproche ou différencie tueurs en série et criminels de guerre.

 

S'INSCRIRE