banner jnf 2022

Palais des Congrès - LORIENT

« La rencontre – amoureuse, amicale, professionnelle – n’est pas un « plus » dans nos vies. Au cœur de notre existence, dont l’étymologie latine ex-sistere signifie « sortir de soi », il y a ce mouvement vers l’extérieur, ce besoin d’aller vers les autres. Cette aventure de la rencontre n’est pas sans risque, mais elle a le goût de la vraie vie. » La Rencontre, Charles Pépin

Le travail social, tel que nous l’envisageons au M.A.I.S, nous renvoie en permanence à la question de la rencontre ou plutôt à celle des rencontres. Qu’elles nous touchent, nous enthousiasment ou nous surprennent, elles constituent le cœur du métier, sa composante et sa « matière » à agir. Pour que ces rencontres se fassent, nous devons parfois aller vers l’autre pour le rejoindre et possiblement « cheminer avec ».

Les pratiques « d’aller vers » sont aujourd’hui vivement encouragées, en référence à la stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté portée par le Ministère des Solidarités et de la Santé. « L’aller vers » est alors entendu comme « une démarche qui se situe au-delà de toute intervention sociale, qu’elle soit d’accueil, de diagnostic, de prescription, d’accompagnement et qui rompt avec l’idée que l’intervention sociale ferait systématiquement suite à une demande exprimée ».

Cette recommandation ne ferait-elle qu’expliciter une composante de l’accompagnement déjà à l’œuvre, mais dans quel objectif ? La reconnaître ? L’intégrer dans la formation des futurs professionnels et y allouer les moyens idoines sur le terrain ? Dans ce cas, s’agirait-il d’un retour aux fondamentaux permettant d’entrevoir l’abandon de la logique de bureaucratisation, largement répandue dans le travail social ?

Cette recommandation nous enjoint également à penser spécifiquement la « non demande » et le « non recours ». Mais lorsque cette demande n’existe pas, ne s’exprime pas ou ne coïncide pas avec les prestations modélisées qui s’y rapportent, doit-on forcer la rencontre ? Et les personnes visées, qu’en pensent-elles ? Ne risque-t-on pas de s’imposer sans respecter leur libre arbitre ?

« L’aller vers » impose aux acteurs une stratégie d’intervention « en amont... dans un objectif de prévention plutôt que de réparation ». Pour autant, la prévention, telle que nous la concevons, ne peut se réduire à un évitement des obstacles et se résumer à du contrôle social.

Le M.A.I.S, dans le cadre de ses Journées Nationales de Formation du 31 mai au 2 juin 2022 à Lorient, vous invite à questionner  « l’aller vers » et ses enjeux tout en considérant les différents acteurs en place.

 

URL de Vidéo distante

 

Tarif adhérent M.A.I.S : 410€

Tarif non-adhérent : 530€

Tarif étudiant : 40€

Tarif étudiant adhérent : gratuit (hors repas)